le Vélodrome du « Petit Breton »

NANTES   –  Vélodrome Petit – Breton  –  Résumé historique                                             Par Jacques GUENEL, l’historien de la Pédale Chantenaysienne.

Origine                                                                                                                                  En 1917, les troupes américaines participant à « la Grande Guerre » installèrent un cantonnement militaire dans l’enceinte du vélodrome de Longchamp, situé près de l’actuel boulevard de Longchamp, entre les routes de Rennes et de Vannes. Malheureusement à leur départ le vélodrome était devenu inutilisable. En 1923, lors de la construction du quartier, entre les nouvelles rues du Corps de Garde et de l’avenue dela Durantière, dans la propriété des Renardières, un particulier, Monsieur Olive fit construire une piste en terre, pour remplacer le vélodrome de Longchamp. Le lotisseur étant privé, la gestion du stade et l’organisation des compétitions furent confiés exclusivement à l’association sportive le VELO SPORT NANTAIS. Ouvert le dimanche 27 Juin 1924, officiellement inauguré le 10 août par. M. Bellamy, Maire du moment, le vélodrome fut dénommé « Vélodrome PETIT-BRETON « ; en mémoire du grand champion cycliste Lucien MAZAN. Lucien MAZAN est né le 18 octobre 1882 à Plessé ( Loire Inférieure ). Parti à l’âge de 8 ans à Buenos Aires avec ses parents, il fut surnommé l’Argentin. A 20 ans, il revint en France sous le nom de PETIT-BRETON, pour faire une exceptionnelle et brève carrière cycliste, car sa vie s’arrêta brutalement le 20 décembre 1917 sur le front des Ardennes de la Guerre1914/1918. Il repose dans le petit cimetière de Penestin sur la côte morbihannaise. Une stèle est érigée à l’entrée du vélodrome, non loin d’une autre stèle d’un aussi célèbre champion cycliste nantais : Georges Bautru. Lucien PETIT-BRETON, recordman de l’heure en 1905 avec41.110 km, ainsi que des 20 et10 km, gagna le Bol d’Or 1905, Paris-Tours et Milan San Rémo en 1906, le Tour de France en 1907, Paris-Bruxelles et le Tour de Belgique en 1908, et à nouveau le Tour de France en 1908 à la moyenne de 28.740km/h, record qui dura jusqu’en 1931 avec la victoire d’Antonin MAGNE. Vers 1930 sur le remblai limoneux ( mélange de sable et de terre). de la piste fut coulé une chape en béton armée ( pas très épaisse, et peu ferraillé ). Pour l’abriter du vent, le vélodrome fut entouré de plantations d’arbres. En 1935, en échange d’immeubles vétustes, mais situés en plein Centre ville,la Ville de NANTES se rendit acquéreur du vélodrome PETIT-BRETON. L’année suivante suite au déplacement des activités du Parc des Sports du Champ de Mars sur ce site le Vélodrome devint Stade-Vélodrome En perdant l’entretien et la gestion, le VELO SPORT NANTAIS perdit aussi son privilège d’exclusivité, mais cela permit à toutes les associations cyclistes nantaises d’utiliser le vélodrome pour l’entraînement et les organisations de compétitions.

Evolution                                                                                                                                   Dans les années 1960 le drainage du terrain de rugby fut rénové, mais personne n’avait pensé que les lignes droites de la piste auraient été endommagées par les travaux ! Après quelques années de réflexion un tapis d’enrobés fut réalisé et les clubs cyclistes nantais purent, enfin reprendre les compétitions. Dans les années1970, l »éclairage fut installé permettant de belles « nocturnes ». Maintenant les années font leurs œuvres : le béton se fissure, s’égrène, l’acier s’oxyde, les racines des arbres rendent le remblai caverneux, l’éclairage se fragilise, les tribunes sont interdites pour raisons de sécurité. Malgré cela l’entraînement des coureurs des Clubs Cyclistes Nantais se poursuit   ( A S PTT, Nantes C C, Nantes Doulon V S, Pédale Chantenaysienne, U C Nantes Atlantique) La Pédale Chantenaysienne, au printemps,maintient les compétitions par ses Soirées 100 Tours, l’hiver, pratique l’initiation par les Samedis d’hiver populaire dela Pistede NANTES-Chantenay. Actuellement le très mauvais état du revêtement ne permet plus d’organiser des compétions prestigieuses qui pourtant ont été pléthores sur ce vélodrome PETIT-BRETON.

Avenir                                                                                                                               Après la deuxième guerre mondiale, un projet fut envisagé de construire un nouveau vélodrome sur l’Ile Beaulieu ( déjà !), mais ce fut le stade Michel Lecointre qui vit le jour quelques temps plus tard. Dans les années 1960/70 il fut question d’une piste dans le Palais omnisports de Beaulieu, puis dans le stade Marcel Saupin, mais ces idées restèrent à l’état de rêve. En1987 l’association des Sociétés Cyclistes Nantaises, avec les Comités d’Athlétisme et de Roller présentèrent un avant projet de complexe couvert pour ces 3 disciplines, toujours sans suite. Actuellement la Municipalité Nantaise vient d’engager une réflexion sur la base d’un audit, qui doit être en cours d’études sur le devenir de la piste du vélodrome PETIT-BRETON. Il est aussi nécessaire de rappeler que en Loire Atlantique seul le vélodrome de Châteaubriant est en parfait état, ceux de Guémené-Penfao et Pontchâteau sont à l’abandon, celui de Saint Nazaire a été sacrifié au profit de l’immobilier, et il reste Couëron mais une réfection malheureuse le rend indisponible pour malfaçons.    

 Organisations                                                                                                                   Tous les grands Champions de l’entre deux guerres, vinrent à Nantes : Antonin MAGNE, André LEDUC, Les frères PELISSIER, Georges SPEICHER, et autres ARCHAMBAUD, LAPEBIE… La piste, mesurant500 m, était très adaptée aux compétitions de demi-fond. ( courses derrière grosses motos ou  motos commerciales, Dernys ou Burdins et maintenant Yamaha ). Et se produisirent : VERSHUEREN, SCOB, PROOST, OUDKERK, DUPONTREUX….. La dernière eut lieu en 1993, la piste n’ayant pas résisté aux passages répétés des engins. Plus près de nous ce furent Jean ROBIC, Louison BOBET et Pierrot BARBOTIN, puis Jacques ANQUETIL, Raymond POULIDOR, Eddy MERCKX, Bernard THEVENET, Paul LEMETEYER, Yvon BERTIN, Cyrille GUIMARD, et Bernard HINAULT, ce dernier de 1978 à 1982. Puis les émoluments des coureurs ayant  fortement progressé, la popularité des cyclistes baissant, les réunions de prestige s’endormirent, et d’ailleurs l’état actuel du vélodrome ne le permettrait plus. Rappelons aussi la période des 4 JOURS de NANTES entre 1965 et 1987 qui avaient une audience très réputée pour tous les coureurs du Grand Ouest. Quelques championnats des Pays de Loire d’américaines et de poursuites ont aussi été organisés. A cette époque de nombreux régionaux eurent aussi à coeur de se mesurer aux Morelon, Trentin, Johanson, dans de superbes soirées de GALA OLYMPIQUE. Subsistent actuellement les organisations de la PEDALE CHANTENAYSIENNE pour l’initiation des jeunes avec les Samedis d’Hiver Populaires de la Pistede NANTES-Chantenay et au printemps les célèbres compétitions de Soirées 100 Tours, qui attirent les coureurs régionaux dont les bretons et quelques fois les pros locaux Lilian JEGOU, Jonathan THIRE, Damien GAUDIN, Jérôme COUSIN.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un groupe Facebook c’est créé pour ne pas que se haut lieux du cyclisme Nantais ne tombe dans l’oubli…                                                                                                   

Un grand merci à Pascale Boucherie de France Bleu Loire Océan 101.8, pour le reportage. Merci aussi à André qui a su lors de l’interview décrire parfaitement le passé et les problèmes de notre cher vélodrome.

consulter aussi http://mscroller.canalblog.com/

              

Publicités